En attendant du neuf…

Un peu de réflexion. Bon. Pas tant que ça. Mais quand même…

Burqa-bla-bla

Le Monde Diplomatique

Les Français sont vraisemblablement plus nombreux à connaître le nombre de minarets en Suisse (quatre) et de « burqas » en France (trois cent soixante-sept (1)) qu’à savoir que le Trésor public a perdu 20 milliards d’euros à la suite d’une décision « technique » de l’exécutif.

Il y a dix-huit mois en effet, au lieu de subordonner son sauvetage des banques en perdition à une prise de participation dans leur capital, laquelle ensuite aurait pu être revendue avec un joli bénéfice, le gouvernement français a préféré leur consentir un prêt à des conditions inespérées… pour elles. Vingt milliards d’euros de gagnés pour leurs actionnaires, c’est presque autant que le déficit de la Sécurité sociale l’an dernier (22 milliards d’euros). Et quarante fois le montant de l’économie annuelle réalisée par l’Etat lorsqu’il ne remplace qu’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux.

Le rétablissement électoral du Front national, et plus généralement de l’extrême droite en Europe, n’est pas tout à fait étranger à cette distribution de l’attention publique entre la poutre des polémiques subalternes qu’on enflamme et la paille des sujets prioritaires dont on prétend qu’ils sont trop compliqués pour le commun des mortels. Le fiasco des élections régionales derrière lui, M. Nicolas Sarkozy va s’attaquer à la « réforme des retraites ». L’enjeu social et financier étant considérable, on sait déjà que le gouvernement français s’emploiera à distraire la galerie en relançant le « débat sur la burqa ».

Riposter à cette manœuvre n’impose certainement pas de s’enfoncer sur son terrain boueux en donnant le sentiment de défendre un symbole obscurantiste. Encore moins de taxer de racisme les féministes — hommes et femmes — qui légitimement le réprouvent. Mais comment ne pas juger cocasse qu’une droite qui a presque partout associé son destin à celui des Eglises, du patriarcat et de l’ordre moral se découvre soudain éperdue de laïcité, de féminisme, de libre-pensée ? Pour elle aussi, l’islam accomplit des miracles !

En 1988, M. George H. W. Bush succéda à Ronald Reagan après une campagne d’une démagogie insigne (2), au cours de laquelle il réclama que soit criminalisé le fait de brûler la bannière étoilée — un acte commis entre une et sept fois par an… Avec le courage qu’on imagine, plus de 90 % des parlementaires américains adoptèrent une disposition répressive allant en ce sens — laquelle fut annulée par la Cour suprême. Au même moment éclatait l’un des plus grands scandales de l’histoire économique des Etats-Unis, celui des caisses d’épargne déréglementées par le Congrès, que des aigrefins avaient pillées, enhardis par des sénateurs dont ils avaient financé les campagnes. En 1988, nul ou presque n’avait évoqué le péril d’une telle arnaque, bien qu’il fût déjà connu. Trop compliqué, et puis la défense du drapeau occupait les esprits.

Le contribuable américain a payé 500 milliards de dollars le scandale des caisses d’épargne. On découvrira bientôt ce que cache réellement la « burqa ». Et combien cela coûte.

 



Au revoir, Michel

Image de prévisualisation YouTube



Une nouvelle oubliée?

Mettez ici nouvelles ou liens qui méritent notre attention, mais qui nous ont passé sous le nez.

Nous ferons le nécessaire!



Pourquoi il n’y a pas d’enquête publique sur l’industrie de la consruction au Québec

Parce qu’il ne s’agit pas de malversations, il s’agit d’un système. Qui plus est, mis en avant par le gouvernement. Un seul mot: mafieux.

La collusion légitimée?

Le Devoir

Quand les firmes de génie-conseil prennent le contrôle des projets au nom du ministère des Transports

Le gouvernement libéral a permis à un club privilégié de firmes de génie-conseil de s’installer au sein même du ministère des Transports et ainsi jouer un rôle déterminant dans la façon dont sont octroyés les millions de dollars investis annuellement dans les routes et les infrastructures du Québec.

Cette zone d’influence prend la forme d’un comité de concertation où sont attablés d’un côté, des dirigeants du ministère, et de l’autre, les représentants des firmes Dessau, BPR, SNC-Lavalin, Roche et autres Génivar et Tecsult. Au moins deux réunions se tiennent par année. La première rencontre remonte à mars 2004, soit un an après l’arrivée au pouvoir des libéraux de Jean Charest et avec eux, une vision partenariale à développer au sein de l’appareil public.

De fait, comme l’a constaté Le Devoir à la lecture des procès-verbaux du comité, le ministère a exprimé dès le départ sa volonté «d’ouvrir le dialogue sur la relation d’affaires» du gouvernement avec les ingénieurs du secteur privé. L’Association des ingénieurs-conseils du Québec (AICQ) a plaidé pour le développement d’une alliance entre le ministère des Transports et les firmes de génie-conseil. Cette approche «pourrait s’élargir pour inclure davantage de mandats touchant des activités de planification, d’organisation, de gestion, de conservation et d’exploitation», peut-on lire.

(suite…)



En route vers Copenhague

Sur le fond, ne peut être que d’accord. Sur la réplique de Chirac, on ne peut dire que: sale profiteur… Si, pour l’environnement, on s’entend que la demande ne sera pas exhaussée et ne changera rien, de fait, pour l’Afrique, c’est une excellente nouvelle: qu’elle se mette à table, à une seule, est en soi une immense nouvelle…

Climat: l’Afrique veut un «dédommagement» du Nord

Libération

Deux mois avant le sommet de Copenhague, les Etats de l’Union africaine font front commun pour exiger que les pollueurs soient les payeurs.

L’Afrique, continent le plus vulnérable au réchauffement climatique mondial, a exigé dimanche des «réparations et dédommagements», deux mois avant le sommet sur le climat de Copenhague, demandant que les pays industrialisés pollueurs soient les payeurs.Ces «exigences» du continent le moins pollueur mais le plus pauvre du monde interviennent au moment où les négociations internationales sont très laborieuses, voire «dangereusement proches d’une impasse», comme l’affirme le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

«Pour la première fois, l’Afrique aura une position commune» au sommet de Copenhague, s’est félicité le président de la Commission de l’Union africaine Jean Ping lors de la 7e édition du Forum mondial pour le développement durable consacré aux changements climatiques.

(suite…)



Unanimité

Tollé international après le raid israélien

 Cyberpresse

Le raid israélien contre une flottille d’aide pro-palestinienne en route vers Gaza a suscité lundi un tollé international, de nombreux pays l’ayant jugé «disproportionné» et ayant convoqué les ambassadeurs de l’État hébreu.

Le président américain Barack Obama a demandé à connaître «le plus vite possible» les circonstances exactes de l’abordage qui a fait au moins neuf morts, lors d’une conversation téléphonique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

(suite…)



Ottawa et Téhéran font front commun

Oui oui, vous avez bien lu. Quelque chose qui cloche? Non, seulement deux états menés par des dirigeants religieux et intégristes… Et qui ainsi s’accordent… 

Assassinat de Zahra Kazemi

Radio-Canada

C’est mercredi matin, au palais de justice de Montréal, que la Cour supérieure du Québec entendra les premiers arguments dans la cause opposant la succession de la photojournaliste irano-canadienne Zahra Kazemi à la République islamique d’Iran.La poursuite contre l’Iran est intentée par le fils de Mme Kazemi, Stephan Hashemi. Ce dernier réclame la somme de 17 millions de dollars en dommages moraux, matériels et punitifs à la République islamique et à son guide suprême, l’ayatollah Khamenei, pour les sévices subis par sa mère.

Zahra Kazemi a été arrêtée à l’extérieur de la prison d’Evin, le 23 juin 2003, alors qu’elle photographiait des proches de détenus. Jamais accusée de quoi que ce soit, elle a été torturée à mort. Après son décès, le 10 juillet, son corps a été inhumé à la hâte.

Les cinq premiers jours d’audiences seront consacrés aux arguments des gouvernements canadien et iranien, qui contestent tous deux la validité de cette poursuite. Ottawa et Téhéran arguent tous deux que la Loi sur l’immunité des États ne permet pas de procédures contre des gouvernements étrangers.

 

(suite…)



Au revoir, Gilles

Un autre monument que notre histoire inachevée laisse derrière nous… .

Le Devoir

Les proches et les admirateurs du cinéaste Gilles Carle, mort samedi à la suite d’une longue maladie, se disent secoués par la perte du créateur qui a changé leur vie et qui a marqué la culture québécoise.

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a d’ailleurs annoncé samedi la tenue de funérailles nationales pour honorer «un des cinéastes les plus marquants du Québec». Gilles Carle est décédé, dans la nuit de vendredi à samedi. Il était âgé de 80 ans.

«Gilles Carle a été un des cinéastes les plus marquants du Québec, un homme au talent immense connu et reconnu à travers le monde. Afin que les Québécoises et les Québécois puissent rendre un ultime hommage à ce grand cinéaste et grand Québécois, le gouvernement du Québec a offert à la famille et aux proches de Gilles Carle, la tenue de funérailles nationales», a déclaré le premier ministre.

La conjointe de celui qui est considéré comme l’un des pionniers du cinéma québécois, Chloé Sainte-Marie, a affirmé sur les ondes de RDI qu’elle était secouée par le décès de l’homme de sa vie, bien qu’elle ait eu le temps, au cours de la semaine, d’échanger avec lui «en toute intimité».

«Cette semaine je lui parlais [...] je lui racontais nos beaux moments à l’Îe Verte, [...] l’on s’est remémoré ensemble tout notre vie, nos 27 ans de vie», a relaté la chanteuse et actrice, qui a dit avoir appris à être libre grâce à son amoureux.

(suite…)



Comment sauver le Grand Nord?

 Le Devoir

Le Canada doit réorienter plusieurs de ses politiques pour qu’elles concourent à sauver les régions nordiques du réchauffement climatique en augmentant la capacité des collectivités à s’adapter et à réagir au mégaphénomène environnemental.Tel est le coup de barre que réclame la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie (TRNEE) dans un rapport qui sera rendu public ce matin et dont Le Devoir a obtenu copie.

Il faut ainsi, selon la TRNEE, que le gouvernement fédéral intègre dorénavant le «risque climatique» dans ses programmes, politiques et mécanismes gouvernementaux de toute sorte afin qu’ils concourent de façon plus efficace à aider les populations nordiques à affronter un problème qui se pose chez eux déjà avec une acuité beaucoup plus grande qu’ailleurs au pays.

La TRNEE, un organisme parrainé par Ottawa et formé par d’éminents représentants du secteur industriel canadien et d’écologistes, estime par ailleurs qu’il faut associer de près les populations nordiques à la conception de nouvelles solutions et à l’amélioration de leur capacité d’adaptation. Un des principaux moyens à mettre en branle consiste, selon le rapport, à «renforcer la capacité et l’information scientifique utilisées dans le Nord pour appuyer les efforts d’adaptation à long terme» en réanimant les recherches sur le climat, lesquelles Ottawa a sabré au cours des dernières années.

(suite…)



Doublé, M. Harper!

Allez, inutile de continuer le double verbiage, quant à vos intentions nordiques. Les russes ont déjà gagné la course. Alors maintenant, dites-nous les choses comme elles sont. C’est le pétrole Arctique qui vous intéresse? Dites-le, mais dites-le donc une fois pour toute que ni les populations inuits, ni l’environnement ne sont les moteurs de votre politique du Nord.

Au rencart, nos brise-glace

Courrier International

Avec la fonte rapide des glaces, la route du Nord pourrait devenir une “autoroute” maritime de grand intérêt économique et stratégique pour la Russie.

Doublé, M. Harper! dans environnement 1911-Banquise_0

 

(suite…)



Coupables de crimes contre l’humanité

Puissions-nous un jour les poursuivre pour non-assistance à une personne en danger.Crimes intergénérationnels, également. Générations récemment endettés pour sauver des marchés, qui, au final, non pas été réformés. On leur trouve des sous, à eux. Nos sous. Mais pas pour ces enfants? C’est scandaleux, voilà tout.

Climat – L’APEC torpille Copenhague

Le Devoir
Les dirigeants des États membres du Forum de coopération Asie-Pacifique (APEC), qui comptent parmi les plus gros pollueurs de la planète, ont refusé ce week-end de se fixer des objectifs contraignants avant le sommet sur le réchauffement climatique de Copenhague, réduisant en cendre toutes les chances d’un accord d’envergure entre le 7 et le 18 décembre.

(suite…)



Echecs aux examens de français: à qui la faute?

Echec du ministère, oui, qui ne cesse e décrier le besoin, mais qui ne fait rien. Echec du gouvernement, même, quand le processus est si long. En plus, deux questions: le français est-il si important, au Québec, qu’on le dit? N’est-ce qu’une parade? Alors qu’on se fâche et qu’on règle le problème. Aussi: comment se fait-il que les trois textes à l’étude soient français (lire: de France). N’avons-nous pas notre littérature, aussi, chez nous?

Examens de français au cégep: pire taux d’échec en 10 ans

 Cyberpresse

Les cégépiens francophones ont obtenu l’un des plus forts taux d’échec en 10 ans à l’épreuve uniforme de français de 2008-2009. Ils ont été 17,2% à échouer à l’examen, nécessaire pour obtenir leur diplôme d’études collégiales.

Selon certains observateurs, ces résultats ne sont que la pointe de l’iceberg, car les exigences de ce test sont si faibles que plusieurs cancres peuvent tout de même le réussir.

(suite…)



12345...22

Agrocarburants, un réel inv... |
Un pékin dans la ville |
Salles la Source - le lien - |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | des sujets et des opinions
| Les Productions Samuel90100
| intermittents de corse