Au revoir, Gilles

Un autre monument que notre histoire inachevée laisse derrière nous… .

Le Devoir

Les proches et les admirateurs du cinéaste Gilles Carle, mort samedi à la suite d’une longue maladie, se disent secoués par la perte du créateur qui a changé leur vie et qui a marqué la culture québécoise.

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a d’ailleurs annoncé samedi la tenue de funérailles nationales pour honorer «un des cinéastes les plus marquants du Québec». Gilles Carle est décédé, dans la nuit de vendredi à samedi. Il était âgé de 80 ans.

«Gilles Carle a été un des cinéastes les plus marquants du Québec, un homme au talent immense connu et reconnu à travers le monde. Afin que les Québécoises et les Québécois puissent rendre un ultime hommage à ce grand cinéaste et grand Québécois, le gouvernement du Québec a offert à la famille et aux proches de Gilles Carle, la tenue de funérailles nationales», a déclaré le premier ministre.

La conjointe de celui qui est considéré comme l’un des pionniers du cinéma québécois, Chloé Sainte-Marie, a affirmé sur les ondes de RDI qu’elle était secouée par le décès de l’homme de sa vie, bien qu’elle ait eu le temps, au cours de la semaine, d’échanger avec lui «en toute intimité».

«Cette semaine je lui parlais [...] je lui racontais nos beaux moments à l’Îe Verte, [...] l’on s’est remémoré ensemble tout notre vie, nos 27 ans de vie», a relaté la chanteuse et actrice, qui a dit avoir appris à être libre grâce à son amoureux.

(suite…)



Une nouvelle oubliée?

Mettez ici nouvelles ou liens qui méritent notre attention, mais qui nous ont passé sous le nez.

Nous ferons le nécessaire!



Le Médicis à Dany Laferrière -reconnaisance d’un grand écrivain de chez nous… enfin!

Comme quoi la France commence de plus en plus à accepter que toute la littérature ne vient plus que de la France…

Le Médicis à Dany Laferrière – «Je n’ai aucun sens de la carrière. J’écris des livres, c’est tout.»

Le Devoir

«Le Médicis est un prix à part. C’est un prix élégant et discret en dehors du grand bruit qui touche le lecteur qui est à l’affût de la grande littérature. Ça va avec mon livre, qui n’est pas gras, mais fait d’une structure plus maigre», a dit hier Dany Laferrière. »

Avec toute la désinvolture qu’on lui connaît, Dany Laferrière était l’objet de l’attention du Tout-Paris hier, après avoir été sacré lauréat du prix Médicis pour son dernier livre, L’Énigme du retour, devenant ainsi le second écrivain québécois à accéder à ce cercle littéraire restreint.

Décrété vainqueur dans la catégorie «roman français» dès le premier tour de scrutin devant Alain Blottière pour Le Tombeau de Tommy, Laferrière s’est dit hier comblé de remporter ce prix qui, a-t-il dit au Devoir, lui sied comme un gant.

(suite…)



Pourquoi il n’y a pas d’enquête publique sur l’industrie de la consruction au Québec

Parce qu’il ne s’agit pas de malversations, il s’agit d’un système. Qui plus est, mis en avant par le gouvernement. Un seul mot: mafieux.

La collusion légitimée?

Le Devoir

Quand les firmes de génie-conseil prennent le contrôle des projets au nom du ministère des Transports

Le gouvernement libéral a permis à un club privilégié de firmes de génie-conseil de s’installer au sein même du ministère des Transports et ainsi jouer un rôle déterminant dans la façon dont sont octroyés les millions de dollars investis annuellement dans les routes et les infrastructures du Québec.

Cette zone d’influence prend la forme d’un comité de concertation où sont attablés d’un côté, des dirigeants du ministère, et de l’autre, les représentants des firmes Dessau, BPR, SNC-Lavalin, Roche et autres Génivar et Tecsult. Au moins deux réunions se tiennent par année. La première rencontre remonte à mars 2004, soit un an après l’arrivée au pouvoir des libéraux de Jean Charest et avec eux, une vision partenariale à développer au sein de l’appareil public.

De fait, comme l’a constaté Le Devoir à la lecture des procès-verbaux du comité, le ministère a exprimé dès le départ sa volonté «d’ouvrir le dialogue sur la relation d’affaires» du gouvernement avec les ingénieurs du secteur privé. L’Association des ingénieurs-conseils du Québec (AICQ) a plaidé pour le développement d’une alliance entre le ministère des Transports et les firmes de génie-conseil. Cette approche «pourrait s’élargir pour inclure davantage de mandats touchant des activités de planification, d’organisation, de gestion, de conservation et d’exploitation», peut-on lire.

(suite…)



Bienvenue à nos côtés, enfin, Naskapi!

… Et c’est pas de votre faute si ça a été si long…

Une entente sur 25 ans

Radio-Canada

Après les Inuits et les Cris, Québec a conclu avec la nation Naskapi une entente de partenariat économique et communautaire.

La petite communauté du nord-est du Québec recevra 73 millions de dollars sur 25 ans du gouvernement pour améliorer ses conditions économiques et sociales.

Il aura fallu dix ans de négociation pour que les deux parties parviennent à un accord.

(suite…)



Perdre le Nord

 Le véritable sens de l’expression bla bla bla…

Finalement, le «Plan Nord» n’existe pas

Le Devoir

Le grand projet de Charest n’est plus qu’une «démarche» menant à des consultations

Québec — Ce que le gouvernement appelle le «Plan Nord» depuis un an… n’est pas vraiment un «plan», a fait comprendre Nathalie Normandeau, hier.

«Il faut d’abord savoir que le Plan Nord, c’est une démarche», a précisé la titulaire des Ressources naturelles en marge d’une conférence de l’OCDE à Québec sur le développement rural. La ministre insiste beaucoup sur le mot «démarche» afin de désigner ce projet cher au gouvernement Charest depuis la spectaculaire présentation multimédia qu’en avait faite Jean Charest, le 28 septembre 2008, lors d’un conseil général du PLQ, à Lévis. Il disait alors, en pointant le territoire au nord du 49e parallèle: «C’est à nous, c’est notre avenir.»

(suite…)



En route vers Copenhague

Sur le fond, ne peut être que d’accord. Sur la réplique de Chirac, on ne peut dire que: sale profiteur… Si, pour l’environnement, on s’entend que la demande ne sera pas exhaussée et ne changera rien, de fait, pour l’Afrique, c’est une excellente nouvelle: qu’elle se mette à table, à une seule, est en soi une immense nouvelle…

Climat: l’Afrique veut un «dédommagement» du Nord

Libération

Deux mois avant le sommet de Copenhague, les Etats de l’Union africaine font front commun pour exiger que les pollueurs soient les payeurs.

L’Afrique, continent le plus vulnérable au réchauffement climatique mondial, a exigé dimanche des «réparations et dédommagements», deux mois avant le sommet sur le climat de Copenhague, demandant que les pays industrialisés pollueurs soient les payeurs.Ces «exigences» du continent le moins pollueur mais le plus pauvre du monde interviennent au moment où les négociations internationales sont très laborieuses, voire «dangereusement proches d’une impasse», comme l’affirme le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

«Pour la première fois, l’Afrique aura une position commune» au sommet de Copenhague, s’est félicité le président de la Commission de l’Union africaine Jean Ping lors de la 7e édition du Forum mondial pour le développement durable consacré aux changements climatiques.

(suite…)



Dans la série n’importe quoi

Dupuis trouve justifiée l’utilisation d’un Taser contre un trisomique

Le Devoir

Québec — Il est justifié que des policiers utilisent un pistolet à impulsion électrique contre une personne qui leur désobéit, même si celle-ci est trisomique. C’est ce que le ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis, a soutenu hier en Chambre lorsqu’il a été questionné au sujet d’un incident survenu le 6 août à Québec, dans un Centre de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI).
Quatre policiers avaient alors choisi d’utiliser le pistolet à impulsion électrique Taser contre «Martin», un trisomique de 43 ans qui était en état de «désorganisation». «Il y a une vérité toute simple, toute simple: quand on n’obtempère pas aux ordres d’un policier, on s’expose à un certain nombre de choses», a lancé Jacques Dupuis.

(suite…)



Des origines de la crise économique

Les origines de la crise économique selon Michael Winterbottom

Agence France-Presse, cyberpresse
San Sebastian

La crise économique actuelle trouve son origine dans les théories ultralibérales de l’économiste Milton Friedman, dénonce le Britannique Michael Winterbottom dans un documentaire militant, The Shock Doctrine, présenté au Festival de San Sebastian.

Ce documentaire, basé sur le livre La stratégie du choc, de la journaliste et militante altermondialiste canadienne Naomi Klein, dissèque l’évolution économique des 40 dernières années, en tentant de démontrer que les théories de Milton Friedman sont à l’origine du marasme économique mondial actuel.

(suite…)



La nébuleuse des gangs de rue

 Le Devoir -l’entrevue

Une menace croissante devant laquelle il ne faut pas baisser la garde, dit la criminologue Maria Mourani.

C’est une récidive pour Maria Mourani. Après avoir publié La Face cachée des gangs de rue en 2006, la députée fédérale d’Ahuntsic reprend le bâton du pèlerin pour éveiller la population à la menace des gangs, avec des mots durs et percutants en guise de munitions.

Dans Gangs de rue inc. (aux Éditions de l’Homme), Mme Mourani pose son regard sur les gangs autochtones de l’Ouest canadien, ceux du Québec, des États-Unis et du Salvador, où elle a mené des entrevues. Des rues des grands centres urbains jusqu’aux réserves autochtones les plus reculées, de l’école primaire jusqu’au pénitencier, l’auteure explore les multiples facettes du phénomène en s’intéressant surtout aux gangs majeurs (par opposition aux gangs émergents), c’est-à-dire une minorité d’individus causant le plus gros des dommages. En expansion «spectaculaire», ces gangs se posent «en menace» pour l’avenir de nos enfants.

S’il est vrai qu’à peine 1 % des jeunes font partie des gangs, du moins au Québec, et que la plupart décrochent rapidement, ceux qui y restent et qui choisis sent de faire une carrière criminelle sont des durs de durs, affirme Mme Mourani; «[...] comme tout groupe criminel, ils se nourrissent de la misère des uns et du désespoir des autres», écrit-elle. Trafic de drogue, prostitution, règlements de comptes: les activités de ces bandes sont connues. La coopération entre gangs, le raffinement de leur structure hiérarchique et l’accroissement de leur sphère d’influence (trois idées maîtresses du livre) constituent cependant des thèmes moins connus du public.

(suite…)



12

Agrocarburants, un réel inv... |
Un pékin dans la ville |
Salles la Source - le lien - |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | des sujets et des opinions
| Les Productions Samuel90100
| intermittents de corse